La réforme liturgique

liturgia-dominicanaSous le pontificat de Paul VI (1963-1978) s’est opérée une réforme majeure de la liturgie catholique romaine, portant en particulier sur l’Ordo de la Messe. Cette réforme, promulguée en 1969, a suscité parmi le clergé et le peuple chrétien, des controverses qui n’ont pas cessé jusqu’à ce jour. Ce malaise devant le nouvel Ordo de la Messe est dû, chez beaucoup, aux irrévérences et aux scandales dont s’accompagne le plus souvent la célébration de la nouvelle liturgie, mais aussi, plus profondément, au fait qu’elle se rapproche ostensiblement en de nombreux aspects du culte protestant. Nombre de prêtres ont dès lors refusé d’adopter le Novus Ordo, préférant conserver la Messe selon le Missel de Saint Pie V, et un nombre considérable de fidèles ont préféré, et préfèrent encore aujourd’hui, assister habituellement à la Messe célébrée par de tels prêtres, selon la liturgie traditionnelle. Cependant, cette résistance à la réforme liturgique n’est pas sans poser de graves difficultés à la conscience catholique, dans la mesure où elle conduit, semble-t-il, à s’opposer à l’autorité de l’Eglise et en particulier au Pape. Ces difficultés sont les suivantes : Le refus du Novus Ordo est-il permis à un catholique ? Est-il licite ? Est-il justifié surtout, car est-il possible de concevoir que l’autorité de l’Eglise propose voire impose aux fidèles une liturgie mauvaise, si ce n’est néfaste pour la vie spirituelle et le salut ? C’est à ces graves questions que nous allons nous efforcer de donner de brefs éléments de réponse, appuyés sur la doctrine catholique la plus sûre.

amdg

Documents

 

Les problèmes posés par la nouvelle messe, par Mgr Donald Sanborn

Déclaration sur la Messe (1970), par le P. Calmel O.P.

La messe de Luther (1975), par Mgr Marcel Lefebvre

Lex Orandi: La nouvelle messe et la foi, par Daniel Raffard de Brienne (numéro spécial du bulletin Lecture et Tradition, n°101, mai-juin 1983)

Pourquoi nous disons la Messe en latin, par M. l’abbé Francesco Ricossa